. . . LES SOUVENIRS ET ANECDOTES . . .


Le passé des "1093" n'est pas seulement lié à la compétition !

Cette rubrique sera donc celles des souvenirs et anecdotes
ancrés dans vos mémoires.
Des instants figés sur papier photo ou racontés par ceux qui les ont vécus.

***
J'espère que cette rubrique ne restera pas figée
et que vous m'apporterez de quoi la faire vivre !

*****


Les souvenirs de René ...

A lire sur cette page



A lire sur cette page


Les souvenirs de Jean ...

... au volant de sa 1093.




Deux photos, d'une 1093 bien "chiffonnée", envoyées par Jean-Pierre.

"Deux photos que je viens de retrouver dans mes "archives".
Etudiant à Toulouse, je l'avais achetée à un camarade du Tarn en 1970.
Je crois me souvenir qu'elle était de 1963.
Cet accident m'est arrivé sur la N 113 (Bordeaux-Toulouse): en rentrant sur Toulouse un dimanche soir,
j'ai eu la désagréable surprise de perdre la roue arrière gauche dans une grande courbe prise à "grande vitesse",
ce qui à l'époque devait faire un bon 120 Km/h !
Cette perte était dûe en fait à la rupture de l'arbre de roue, qui comportait une magnifique "paille"
(c'est à dire un défaut de matière formant une bulle).
Après 7 tonneaux effectués sur près de 80 mètres
(un grand merci à l'arceau de sécurité et à la ceinture qui m'a laissée des marques pendant 3 semaines...).
Il ne restait plus grand chose comme éléments de carrosserie récupérables !
Cette voiture a cependant été réparée à l'identique après un changement de caisse,
et je m'en suis séparé vers 1972 pour acheter une Alpine A 106."


Qu'est devenue cette 1093 immatriculée : 742 MQ 24 ?



Quelques photos envoyées par Daniel.

"Je vous adresse quatre photos d'une 1093 que je suis allé voir dans le Calvados il y a 30/35 ans.
Vu les travaux qu’il y avait à faire pour la restaurer j’ai renoncé à l’achat.
Aujourd’hui on y réfléchirait à deux fois!"


Qu'est devenue cette 1093 immatriculée : 396 HS 14 ?



Les souvenirs de Jacques ...
***

J’ai été propriétaire d’une dauphine 1093 dans les années 1966/67.
Je l’avais achetée au garage Renault de Caen.
Le vendeur me l’avait présentée comme étant une “voiture” d’usine,
peut-être Gérard Larousse ou J-F Piot, mais ...!!!
Je l’ai utilisée au quotidien ... Formidables souvenirs!

Malheureusement, un matin normand, pluie, presque du brouillard, un virage pris en troisième,
un tracteur qui avait laissé de belles plaques de boue sur la route ...
Pas de problème, je contrebraque, mais hélas un arbre traversait la route à ce moment là !
Quelle drôle d’idée !





J’ai été obligé de la vendre à un carrossier, car soi-disant irrécupérable.
Son neveu l’a remontée sur une autre caisse.

Des années plus tard, je vois une annonce sur LVA ( La Vie de L'Auto ).
Repérant le numéro de téléphone, certainement en Normandie (entretemps je suis parti dans le midi),
je téléphone pour m’entendre dire qu’il s’agit certainement de ma 1093,
qui servait de poulailler dans la cour d’une ferme
et qu’elle était vendue (grâce à internet) à un monsieur du Nord de la France.
Ayant réussi à obtenir son numéro de téléphone, je l’ai appelé et,
ainsi, j’ai pu vérifier qu’il s’agissait bien de mon ancienne voiture.

Jacques.


Après être passée entre plusieurs mains, l'ancienne 1093 de Jacques
a été totalement restaurée, prête à retrouver la route.



Les souvenirs de Louis ...
***

"Alors que j'étais étudiant et domicilié dans le Nord, j'ai été l'heureux propriétaire d'une 1093, achetée avec mon frère.
Je l'ai vendue en 1967 ou début 68 à un couple qui était originaire de la région nantaise à l'époque.
Puis la vie est passée ...
Il ne me reste que ces deux photos.
Je fais des recherches pour essayer de retrouver cette voiture mais elles n'ont pas abouti pour le moment."






Les souvenirs de Jean-Michel ...
***

Par ces quelques photos, Jean-Michel se souvient de la 1093 de son frère !








Les souvenirs de Jean-Paul ...
***

"J'ai commencé à courir en rallye en 1967 sur une dauphine bricolée avec laquelle j'avais déjà fait un tonneau.
Durant l'hiver 67-68, j'ai acheté à Yves GUILLOU une 1093, 497 JV 44,
voiture qui a participé au Rallye de la Baule 1964.



J'ai participé à quelques ralles en 68 et le moteur ayant atteint la limite des côtes réparations,
je l'ai remplacé par un R8, en profitant pour greffer les suspensions arrières.
Nous sommes sortis de la route au Rallye de Bretagne 1969.


Avec le volant, c'est moi !


Finissant à la casse et déclarée détruite,
j'ai néanmoins conservé en souvenir les 2 plaques, losange et ovale.



J'ai remonté ensuite une autre Dauphine équipée d'un R8 (hiver 69-70), puis changé la caisse (hiver70-71),
amélioré le moteur en R8s, passé aux mines en 6 cv puis monté un R16TS et avec difficulté passé la carte grise en 9CV.
Une victoire scratch, quelques places d'honneur......et quelques planétaires cassés.
1973, nouvelles règlementation, je ferraille la Dauphine et vends les plaques à un gars du midi
qui n'arrivais pas à faire homologuer la sienne.
Ne jetant rien, j'ai retrouvé son adresse, je l'ai rappelé il y a quelques mois, maintenant c'est son fils qui court!
La suite sera faite de Rallye1, coupé Alfa, et une Rallye 2 jusqu'en 80. Je l'ai gardée, je commence à la restaurer!
Reprise en 94 jusqu'en 99, la c'est mon moteur perso qui lâche alias le coeur.
on arrête tout. Je me console depuis avec une MG Midget et une MGB GT."



Les souvenirs de Guy Chasseuil ...
***



1967 : Jean-Noël pose avec sa 1093 !
***


Gabriel : Vacances en camping ... en amoureux !
***


François : Le temps de Copains ... 1970 !
***


Le bon temps du service militaire !
***


Une anecdote envoyée par Olivier ...

"Cette photo montre J.F. Piot montant dans une 1093.
En fait, cette voiture n'était pas la sienne, mais celle
d'un membre de L'AGACI, club de l'époque.
A la suite de quelques compétitions, il en a acheté une
autre, immatriculée dans le 78 ( Il habitait Chaville ).
Cette 1093, il l'a faite préparer par le garage Madelaine
à Asnière.
J.F. Piot était trés entouré de copains admiratifs
qui le suivait partout.
En achetant sa voiture, un peu de cette admiration
est retombée sur moi (du moins de l'envie).
Je me souviens notament d'un fils (un peu snob)
de toubib que j'avais comme passager à Montlhéry
et qui me disait qu'il aimait beaucoup cette voiture
mais qu'il préférait quand même son Austin Cooper.
Depuis il est devenu très célèbre !
C'était ......... Jean TODT."


Les souvenirs de Gérard LARROUSSE ...

"Aujourd'hui, une berline sportive fait au moins
50cv de plus qu'une berline ordinaire.
La 1093 devait faire 10cv de plus qu'une Dauphine Gordini.
Pour le reste, en tout et pour tout il y avait un compte-tours
rapporté dans le vide-poches à gauche, le moteur avait une
tubulure et un arbre à cames spécial, c'est tout.
On était toujours handicapés en puissance, Renault n'ayant
jamais su sortir un moteur puissant à cette époque-là, alors
que les Anglais, eux, savaient la faire.
Mais la 1093 vous apprenait à conduire, il y avait très peu
d'adhérence, elle se mettait sur le toit très facilement.
J'en ai mis quelques-unes sur le toit, d'ailleurs ..."


Un mauvais souvenir,
ou ... La fin d'une 1093 !
***


Souvenirs de 1093 par Daniel ...

La première 1093 que je rappelle avoir vu était garée sur les boulevard à Valence face aux cinémas.
C' était vers 1965 probablement un samedi soir. Avec quatre ou cinq copains nous allions voir, il me semble, la "Fureur de Vivre" ...
J'avais été surpris par les gros phares en renfoncement comme sur la Floride (mon frère aîné possédait une Dauphine 56).
Mon copain, Yvon TENDIL, me dit que cette voiture était une 1093, Dauphine spéciale destinée à la compétition :
compte tours, compteur gradué jusqu'à 180, pipe Autobleu, carburateur double corps, sigle sur le capot arrière ....
Yvon était un passionné !
A l'époque son frère aîné achetait des revues automobiles, moi je ne connaissais rien de tout cela !
J'ai donc observé de plus près la bête, le tableau de bord (modèle 62), la pipe Autobleu (à travers la grille de la jupe arrière)
et je me suis dit "plus tard il me faudra une auto comme ça" !

En mars 1968 je suis rentré au garage Peugeot à Valence, comme mécanicien.
De cette époque je me rappelle plusieurs 1093.
La première appartenait à un chauffeur routier qui travaillait chez AVENAS rue Pierre Corneille,
elle était garée tous les jours en face du transporteur attendant son propriétaire parti en tournée avec son camion,
si mes souvenirs sont bon c'était un modèle 1962 dans sa couleur d'origine, immatriculé dans la Drôme où l'Ardèche.
La deuxième était « Bleue de France » avec un phare de virage chromé replié sur le toit,elle était immatriculé dans le 83
et appartenait a un employé de la GRAC, constructeur local de monoplaces, qui travaillait le polyester.
Tous les jours vers 13 h 30 elle passait devant le garage Peugeot, je ne sais plus quel échappement équipait cette auto, mais le son était mélodieux.
Souvent je me rendais rue Messangère siège de la GRAC où était stationnée la 1093 et une Traction équipée de jantes en alliage?
C'était l'époque où Denis DAYAN ,qui avait gagné le 1er Pas Dunlop à la coupe Gordini 65, pilotait une GRAC.
Grièvement blessé à Rouen en 1970 comme Jean Luc SALOMON, ils ont tous deux succombés à leurs blessures...
Une autre 1093 appartenait à Firmin (dont j'ai perdu le nom de famille), il travaillait Chez Crouzet à Valence
et habitait à l'entré du village de Montélier, il me semble que c'était un modèle 62, dans sa couleur d'origine,
j'ai souvenance qu'il avait une autre Dauphine surbaissée non pas avec des ressorts courts mais avec la traverse arrière fixée sur les longeront et non dessous comme à l'origine.
Je ne sait pas à qui il a vendu cette 1093, après il possédait une Lancia Fluvia HF de couleur bleu.
A la même époque j'ai fait la connaissance de Claude PERRIER, qui était lui aussi propriétaire d'une 1093 modèle 62,couleur d'origine.
Elle était reconnaissable à ses deux jantes larges en tôle montées sur le train Arrière qui il me semble était équipées de pneus 165x13.
Elle était très souvent garé devant le café Régina face à la gare de Valence.
C'est là que j'ai rencontré le propriétaire de la 1093 Ferry dont j'ai fait l'acquisition quelques mois plus tard.
Claude avait acheté ce véhicule en rentrant du régiment au garage Béranger (Renault) à Portes lès Valence (sans les jantes larges).
C'était l'époque des bals populaires et pour s’y rendre toute la jeunesse de Valence se donnait rendez-vous quartier de la gare
pour trouver un moyen de locomotion...
Claude a vendu cette auto pour acheter une R8 Major bleu métallisée ...
Mais il a acheté aussi une Dauphine sur laquelle il a monté un gordini 1100, ce moteur avait les axes de culbuteurs montés à l'envers, défaut qu'il fallu corriger.
Tous les samedi nous étions une bande de passionnés dans son petit garage avenue de la Libération,
dont 3 possesseurs de Dauphines Protos (Perrier, Brozille et Spozio)
Le plateau de Lautagne en dessus de Valence était propice aux "balades" de même que la côte du Pin en dessus de St Péray,
connue pour sa course de côte et le col des Limouches ou se déroula deux courses de côte.
Par la suite Claude a construit de très belles Dauphines Protos avec mécanique 1600 Renault et a participé à de nombres courses avec Gilbert RISSOAN
lui aussi au volant d'une Dauphine Proto.

En 1968 l'année de mes 18 ans, j'ai passé le permis de conduire et acheté une Ondine Gordini de 1961 bleu métallisé que j'ai repeinte en jaune.
De cette auto il me reste les plaques constructeur : châssis type R 1091 numéro 3276150, plaque ovale R 1091 31745.
J'ai remplacé cette auto détruite dont j'ai vendu le train arrière, par la 1093.
Sur cette 1093 (n° série il me semble 192 ), j'ai remplacé trois fois le vilebrequin (rupture).
J'ai oublié de dire que dans la préparation FERRY était compris un pot à venturi.
La 1093 a était remplacé par une 4 L Super modèle 63 avec la porte arrière ouvrant vers le bas.
Avec cette auto en 1970 dans la même semaine j'ai fait Valence-Monaco, Monaco-Valence, Valence-Monaco, Monaco-Turin et Turin- Valence...
Et c'est à Monaco ou Beausoleil où était en vacances mes futurs Beau parents, que j'ai rencontré la propriétaire d'une superbe 1093
dont les panneaux de portes étaient recouverts des plastiques de protection d'origine.
Cette dame ce servait de ce véhicule pour faire ses courses.
Voila pour mes souvenirs sur les 1093 après je suis passé au R 8 Gordini ...
A propos de la 1093 vu sur les boulevards de Valence, les baguettes de ceinture de caisse était identique à celles des 4 L, fines et nervurées.

Daniel.


En promenade ...

Thierry : ... du côté de Thionville !

( ... dans les bras de sa Maman )

Une belle inconnue ...

du côté de Saint-Etienne !